Draft NBA

Cousin de Yao Ming ? Sim Bhullar, le pivot de 2m29 qui espère représenter l’Inde en NBA !

Il est immense. Mais comme avec chaque géant, une tonne de question traine derrière Sim Bhullar. Pourra-t-il jouer en NBA ? C’est la première à laquelle il souhaite une réponse, demain soir lors de la Draft 2014.

229 centimètres. Deux mètres vingt-neuf. Sim Bhullar a beau être immense, il ne fait pas partie des joueurs les plus intéressants de la cuvée qui sera présente demain. Trop lent, pas assez mobile, un peu de toucher mais une condition physique trop juste : dans une NBA actuelle qui fonce à toute vitesse et propose des cyborgs comme LeBron James ou Russell Westbook, difficile de voir un type aussi massif se régaler sous les arceaux. Il suffit de voir les difficultés rencontrées par Roy Hibbert sur ces dernières semaines ou la carrière d’Hasheem Thabeet pour comprendre que la taille ne fait plus tout. Avant, on draftait automatiquement des inconnus au-delà des 2m10. Aujourd’hui, il faut avoir l’agilité et les mains de Joel Embiid pour espérer finir chez les pros.

Mais Bhullar n’espère pas devenir le numéro 1 de la prochaine Draft. Il veut simplement voir son nom au dos d’un maillot NBA. Car en réussissant cela, non seulement réaliserait-il un rêve d’enfance, mais en plus il deviendrait officiellement le premier joueur professionnel indien, du moins descendant de Punjabi et Sikh. Natif de Toronto, ce sont ses parents qui ont décidé de joindre le Canada pour offrir aux enfants un avenir solide autour d’un système médical et scolaire solide. Il a grandit en regardant les Raptors et en jouant pour New Mexico State University, du coup on peut imaginer son excitation quand cette semaine la franchise de Toronto l’a appelé pour réaliser un workout ! Tentant de cacher son stress et de montrer le meilleur visage possible, Sim a fait de son mieux et attendra simplement la fin du second tour pour espérer que son nom soit appelé par Adam Silver.

Pourra-t-il devenir All Star ? Non. Pourra-t-il devenir une légende ? Non plus. Mais de la même manière qu’Hamed Haddadi, Sim Bhullar espère écrire un premier chapitre pour le basketball indien en devenant le premier à rejoindre les pros. Les détracteurs et les critiques seront bien là, mais dans sa démarche on ne peut que lui souhaiter bon courage. Pour la beauté de l’effort et du geste !

Source image : YouTube

2 Commentaires

2 Comments

  1. AndLife

    25 juin 2014 à 22 h 43 min at 22 h 43 min

    « Pourra-t-il devenir All Star ? Non. Pourra-t-il devenir une légende ? Non plus. »

    Rien que pour ces deux phrases, j’espère qu’il va tout déchirer et finir Hof.

    Vous n’avez aucune idée de l’avenir, et avec de l’entrainement ce joueur peut devenir excellent, que vous le vouliez ou non, donc les postulas comme ça, moyen moyen. Surtout qu’en général vos articles sont super bons.

    • TrashTalk

      26 juin 2014 à 0 h 12 min at 0 h 12 min

      Bonsoir AndLife.

      En écrivant cet article, je me base uniquement sur ce que les scouting reports disent : que c'est un possible role-player de qualité en sortie de banc, mais certainement pas un starter dès demain matin. Ce n'est en aucun cas une façon de dénigrer son talent, je peux comprendre que la plume ne transmette pas à chaque fois le ton mais je crois qu'il y a eu incompréhension ou malentendu, car ce début de conclusion servait à faire balance avec la fin qui dit tout simplement que sa démarche est superbe puisqu'elle va au-delà du simple sport !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top