Draft NBA

Champions et bouffons de la Draft 2014 : quelle franchise a le plus régalé et déçu ses fans hier ?

Il y en avait pour tous les goûts hier soir lors de la Draft 2014. Des meneurs, des ailiers, des intérieurs, des américains, des étrangers, grands, petits, fins et balèzes : certaines franchises ont fait de superbes courses, pendant que d’autres se sont misérablement vautrés. Premier bilan sans faire le classement !

Champions de la Draft…?

Les Milwaukee BucksPhiladelphie Sixers, Los Angeles Lakers, Utah Jazz, Miami Heat, Orlando Magic et New York Knicks.

1) Milwaukee Bucks.

La franchise la plus affreuse de la saison passée, de par ses résultats comme son parquet, fait peau neuve avec la pépite qu’elle souhaitait : Jabari Parker fera des ravages dans le Wisconsin et voulait plus ou moins éviter d’atterrir aux Cavaliers. Chez les cerfs, le produit de Duke aura toutes les cartes en main pour faire péter le scoring, et il créera avec Giannis Antetokounmpo un duo orgasmique sur les ailes : le simple fait de pouvoir jouer à une heure de bagnole de ses parents procure un matelas des plus confortables, et Brandon Knight n’est pas du genre à faire son crevard à la mène comme Brandon Jennings a pu le faire par le passé. Le Rookie de l’Année se trouve peut-être dans la forêt ! Ajoutez à cela trois autres picks solides dont un tamponné bleu blanc rouge en Damien Inglis, et vous obtenez une soirée parfaite à Milwaukee.

2) Philadelphie Sixers.

Au début ça partait un peu bizarrement, et finalement ça s’est très bien terminé. En une seule Draft, les Sixers ont certes annoncé qu’ils ne souhaitaient pas encore retrouver les PlayOffs, mais qu’ils se préparaient déjà pour fracasser des crânes en 2016. Après avoir sélectionné Joel Embiid en 3ème position, lui qui pourrait créer les nouvelles Twin Towers de référence avec Nerlens Noel, les Sixers ont décidé de la jouer patience avec Dario Saric dont le siège d’ailier est en train d’être construit. Deux ans à l’étranger et le phénomène pourra rejoindre ses copains sous les arceaux, un trio qui fait déjà saliver pas mal de monde en Pennsylvanie. Bombardez deux serbes de plus dans l’équation et un marsupilami en McDaniels, et les Sixers peuvent déjà sourire. Concernant 2016 par contre, pas avant.

3) Los Angeles Lakers.

Pour pas mal de monde, ce fût probablement la sélection la plus félicitée de toute la soirée: Julius Randle ira apporter son fat double-double dans la cité des anges, un compétiteur avec un coeur gros comme ça qui devrait apprendre toutes les ficelles du métier aux côtés de Kobe. Vu qu’il n’y a absolument aucune concurrence dans la raquette chez les Lakers, pas difficile d’imaginer le produit de Kentucky nous faire une Carter-Williams, c’est-à-dire 40 minutes de baston tous les soirs et des performances affolantes. Et comme si la soirée ne pouvait mieux se passer, Kupchak a volé un meneur remplaçant assez solide en Jordan Clarkson, pas de quoi se toucher mais déjà plus solide que Kendall Marshall. On n’a pas encore le coach de la franchise dans le viseur, mais celui qui va récupérer le matos peut déjà sourire…

4) Utah Jazz.

C’était mission impossible. Clairement. Espérer que Dante Exum chute du Top 4 pour avoir un arrière/meneur plus solide qu’Alec Burks, et gratter un talent en fin de premier tour pour essayer d’améliorer l’aile ? Non seulement le Jazz a obtenu le petit génie d’Australie en fermant les yeux puisque le Magic s’est occupé de prendre Aaron Gordon en 4ème place, mais en plus c’est Rodney Hood qui rejoindra son pote aux bras immenses pour assurer soit la suite de Gordon Hayward, soit ses minutes de pause sur le banc. Un combo inespéré qui confirme que la nouvelle direction prise par le Jazz est excitante : le cinq Exum, Burke, Hood, Favors et Kanter, c’est pas promis sur le papier mais si ça joue ensemble paye ton combo de talents sur le parquet.

5) Miami Heat.

Ils avaient un choix. Un foutu choix à prendre et s’assurer qu’aucune franchise se mettrait en travers de leur chemin. Pat Riley et compagnie ont dû transpirer bien comme il faut en voyant Shabazz Napier se rendre de plus en plus disponible à l’approche du 26ème choix, lui qui devait impérativement finir en Floride afin de satisfaire sa majesté LBJ. On a un peu craqué en voyant Jordan prendre la puce avec ses Hornets, mais finalement un deal a été conclu et le meneur rejoindra bien South Beach. Le pire dans tout ça ? C’est que Riley n’a même pas eu à lâcher Norris Cole. Tu parles d’une quinte flush…

6) Orlando Magic.

D’abord c’était WHAT. Et puis après WOW. Pendant un bon quart d’heure, on a tenté de comprendre pourquoi le Magic avait jeté son grappin sur le marsupial d’Arizona aussi haut, en sachant que Randle et Vonleh étaient dispos. Et puis on a patienté jusqu’au bout et vu que Rob Hennigan s’était choppé Elfrid Payton et Aaron Gordon en même pas une heure. Déjà le premier va terroriser les meneurs adverses en défense avec ses lianes interminables, le second étant pas trop mal non plus dans le même genre registre sur l’aile. Mais quand on voit la photo d’équipe et qu’on se dit en Novembre les contre-attaques ça sera possiblement interception de Payton, cross d’Oladipo et alley-oop pour Gordon, on grince des dents. C’est très jeune, y’a beaucoup de boulot, mais au niveau de l’attitude difficile de faire mieux. Alors avec Fournier en back-up…

7) New York Knicks

Il y a une semaine, les Knicks possédaient Tyson Chandler, son contrat de candidat MVP, Raymond Felton et sa remorque de kilos en trop. Au-dessus de tout ça, on voyait la franchise totalement absente de la Draft et Phil Jackson commençant à bouillir dans son bureau. Le Zen Master s’est alors énervé comme il faut, a choppé 3 pauvres choix de Draft en loosedé, et nous a pointé du doigt des joueurs qui pourraient surprendre sur le long-terme. Le premier c’est Cleanthony Early de Wichita, le second c’est l’invasion grecque Antetokounmpo, et cerise sur le macaron un frenchie en Louis Labeyrie. Tu vas demander à Jose Calderon et Derek Fisher de les former au quotidien et permettre à Early de défendre comme un chien sur le premier attaquant venu ? Brilliant.

Bouffons de la Draft…?

Les Sacramento Kings, Boston Celtics, Charlotte Hornets et Denver Nuggets.

1) Sacramento Kings.

Pas compris. Mais alors là, pour le coup, rien du tout. T’es déjà assuré avec Ben McLemore sur ta ligne arrière, il te faut un meneur solide pour driver la machine et prévoir le départ d’Isaiah Thomas, au pire des cas tu prends un 3 ou 4 qui puisse défendre… et tu choisis un arrière qui bombarde à distance ? Alors d’accord, certes, Nik Stauskas pourrait jouer ailier à l’avenir, et si Rudy Gay remonte en 3 le rookie peut jouer arrière. Mais pourquoi mettre le produit de Michigan dans les pattes de McLemore, lui qui a montré un très beau potentiel et une attitude exemplaire ? Rien qu’à voir la tête de Nickie au moment où il a appris l’équipe qui le choisissait, on a senti le malaise et les futures soirées à pleurer en regardant les Hornets galérer au poste 2/3. Formidable joueur, mais alors là on est droit dans l’adage mauvaise équipe au mauvais moment…

2) Boston Celtics.

On vous arrête tout de suite : Marcus Smart et James Young, sur le papier, c’est superbe. Un tank sur pattes qui amènera un caractère de warrior à Boston, un extérieur qui peut rapidement progresser et devenir une belle surprise chez les gauchers, c’est top. Mais parler d’Aaron Gordon et de Noah Vonleh pendant des semaines et finalement prendre deux joueurs de champ, y’a des sourcils qui ont froncé dans le coin. On s’est du coup demandé ce qui a dû passer par la tête de Rajon Rondo et Avery Bradley en voyant les deux joueurs être sélectionnés, le premier ayant failli être envoyé à Sacramento alors que le second n’a rien fait de mal. La compétition au même poste ça peut avoir du bon par moment, c’est juste bizarre de voir les Celtics prendre le meilleur joueur disponible au tableau quand tes besoins principaux sont dans la peinture. Et maintenant ça parle de faire jouer Smart et Rondo en même temps : on espère que ça va marcher parce que Brad Stevens a du talent plein les mains…

3) Charlotte Hornets.

Noah Vonleh en 9ème position, pour certains cela peut ressembler à une belle affaire. Et quelque part, c’est pas faux. Mais si tu sélectionnes un ailier-fort en sortie d’Indiana une année, pourquoi prendre exactement le même CV la suivante ? Cody Zeller fait les poubelles bien comme il faut sur sa saison rookie, et le voilà désormais en embouteillage avec Vonleh qui a fait la même fac. Si le jeune rookie a tout le talent du monde pour devenir un nouveau Chris Bosh, va falloir expliquer la logique de Jordan qui des fois nous laisse assez…perplexe. Comment ça c’est lui aussi qui a pris Kwame Brown et Kidd-Gilchrist ? En plus tu tenais Shabazz Napier du bout des doigts et tu le lâches contre trois clopes et une baguette.

4) Denver Nuggets.

De la viande, de la viande, et encore de la viande. Gary Harris sélectionné aussi bas c’est possiblement un vol exemplaire quand on sait les capacités du combo-guard de Michigan State, mais pourquoi continuer à vouloir collectionner les lampadaires humains ? Y’a déjà environ 12.700 intérieurs dans la franchise, et là t’ajoutes Nurkic et Jokic qui font dans les 3 mètres à eux deux ? Incompréhensible. On dirait que les Nuggets se préparent pour jouer dans Shaun of the Dead 2, avec uniquement des types de 2m30 sans cervelle et qui adorent courir. Bon courage à Brian Shaw, qui va devoir tenter d’imposer son style de jeu avec trois snipers et 12 éboueurs.

Bien évidemment, on gardera un oeil sur l’évolution des autres franchises, comme les Bulls qui ont dû lâcher deux picks pour obtenir Doug McDermott, les Hawks qui voulaient un ailier mais ont fini avec Adreian Payne, les Wolves qui se gamellent sur Zach LaVine mais récupèrent quand même Glenn Robinson III, les Suns qui prennent un trio solide ou le duo Raptors-Thunder dont les coups de pokers pourraient être payants. Moralité : les Spurs terminent toujours par voler un type en fin de premier tour, du genre Boris Diaw 2 aka Kyle Anderson.

Et pour vous, qui a le plus déçu et régalé au niveau des choix réalisés ?

Source image : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top