Draft NBA

Workouts pré-Draft : Karl-Anthony Towns refuse d’ouvrir son cahier de vacances

Assuré d’être un des deux premiers choix de la Draft (le 25 juin prochain), Karl-Anthony Towns a fait savoir qu’il refuserait de s’entraîner avec aucune des équipes intéressées par lui.

Le mois précédant la Draft est généralement l’occasion pour les futurs joueurs NBA d’effectuer différents entraînements pour les équipes intéressées par leur potentiel ou de prendre part à des entretiens individuels pour évaluer le joueur autrement que sur son physique. En revanche, lorsque les joueurs sont certains d’aller serrer la main d’Adam Silver avant tout le monde, ils peuvent se permettre de sauter quelques étapes. Et c’est le cas de Towns qui va être écouté par les deux équipes possédant les premiers choix, à savoir les Timberwolves et les Lakers mais ne s’entraînera avec aucune équipe. Loin de se la couler douce en attendant fin juin, Karl-Anthony (élu meilleur nom composé en 2014/2015)  bosse en ce moment avec une ancienne gloire de UCLA : Don McLean. Ce dernier ne tarit pas d’éloges sur le potentiel et l’éthique de travail du gamin :

Je fais ce job depuis 11 ou 12 pré-Draft. Je ne suis généralement pas impressionné parce que j’ai eu beaucoup de joueurs du top 10 et de très bons. J’ai eu Towns tout le week-end dernier et j’ai été ébloui. Ébloui.

Ce genre de décision, bien que surprenante venant d’un jeune joueur voulant convaincre concernant l’investissement sur l’avenir qu’il représente, mais les scouts et les équipes intéressés connaissent déjà très bien les joueurs par le nombre de mix vidéos en situation de match et ils ont été assez suivis et sondés pour que les scouts NBA aient suffisamment d’informations sur eux. Aujourd’hui, l’interview pré-Draft a un peu plus d’importance, puisque les équipes peuvent être fixées sur le caractère du joueur et s’assurer qu’elles ne draftent pas seulement un gros tas de bidoche. L’envie, le travail et l’importance accordée aux détails du joueur peuvent révéler un peu plus que ses capacités physiques et faire la différence dans le choix définitif d’une équipe le jour-J. Et sécher l’entraînement peut aussi avoir le mérite d’éviter les blessures surprises, ce qu’a connu Joel Embiid lors de son work-out pour les Cavaliers à la même période l’année dernière.

Aux dernières nouvelles, les Wolves – qui choisissent premiers – seraient toujours en train d’hésiter entre Karl-Anthony Towns et Jahlil Okafor. Mais si les Loups le laissent passer, les Lakers eux devraient se jeter sur l’intérieur de Kentucky. Pas dégueu comme plan B alors que d’autres seront en train de s’arracher pour décrocher une place en NBA.

Source : probasketballtalk.nbcsports.com

Source image : kentuckysportsradio.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top