Divers

Master class avec le MVP : retour sur 4 moves de Stephen Curry qui ont marqué sa saison

A l’occasion de l’ouverture de sa pépinière de talents, sponsorisée par la marque Under Armour, Stephen Curry en a profité pour faire part à ses plus brillants étudiants de l’analyse de certains de ses meilleurs gestes réalisés au cours de son année glorieuse. Chut, le prof s’exclame !

Tourné par les caméras du site Bleacher Report, ce mini-clip retrace, au fil de la narration du MVP 2015, ses plus beaux faits d’arme qui ont eu le don de soulever les foules par milliers en plein milieu de la nuit ! Une pierre deux coups, ces quatre bijoux sont reproduits directement par les jeunes pousses de son camp, histoire de mettre d’ores et déjà un nom ainsi qu’un visage sur les stars qui feront l’actualité de demain. En substance, les éclairs de génie choisis et décortiqués par leur créateur en personne sont les suivants : tout d’abord, il y a ce dribble main gauche exceptionnel pour effacer de son champ de vision Russell Westbrook avant de ponctuer l’action par un finger roll qui a failli toucher le plafond de l’Oracle Arena. Baptisé le « Westbrook Shake », c’est le trublion Jaylen Hands (prévu à la Draft 2017) qui s’y colle. Puis, arrive le « No-Looker » ou ce shoot pétri d’insolence que Curry a décoché face aux Milwaukee Bucks. Khris Middleton tente vainement d’altérer son lancer mais, confiant comme jamais, Steph artille et ne regarde même pas pour vérifier si sa tentative a embrassé le filet. Nick Young, ça c’est du feeling… Tout aussi désinvolte que son mentor et assassin à l’honneur, Dennis Smith Jr s’atèle alors à l’exercice, ce dernier ralentit récemment dans sa folle ascension auprès des amateurs de la balle orange par une fâcheuse blessure aux croisés. Sale…

En seconde position, il fallait bien caser ce modèle de sang-froid, cette bombe catapultée depuis le corner gauche du Smoothie King Center des Pelicans lors du Game 3 du premier tour des Playoffs. Menés tout le match et toujours de 3 unités à quelques secondes du terme, Stephen Curry et les Guerriers de Steve Kerr privent New Orleans d’une victoire méritée grâce à cette ogive qui enverra tous les acteurs en prolongation et scellera, quasiment à elle seule, le sort de cette série pour de bon. Kobi Simmons (prévu à la Draft 2017) s’exécute, « Ice In The Veins » ! Enfin, comment oublier cette improvisation insensée en tête de raquette face aux Los Angeles Clippers ? Encerclé par trois larrons adverses, Curry slalome, se faufile tête baissée à coups de cross et de dribbles dans le dos à pleine vitesse avant de planter une banderille inopinée, sa façon à lui de couronner le tout. Son entraîneur était sur le point de s’arracher les veuch ; une fois le panier marqué, il se rend compte qu’il tient entre ses mains un élément hors pair, imprévisible au possible. « Dribbles For Days », he said... Trevon Duval (cuvée 2017) se charge de la reconstitution même si l’on sent que plusieurs scènes ont été coupées au montage final…

Quoi qu’il en soit, si vous souhaitez également reproduire certains des mouvements alambiqués ci-dessous, faites comme les Duval ou Dennis Smith pendant leurs classes préparatoires à La Grande Ecole : bossez dur, sans relâche. Ce n’est pas donné à tout le monde, n’est-ce pas « Swaggy-P » ?!

Pour accéder à la vidéo, cliquez ICI !

Source image : Bleacher Report

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top