Mix

Phi Slama Jama – The Legacy : dunkeurs fous et basket frénétique en NCAA

Phi Slama Jama

Mix de 15 minutes par Clutch-23 pour faire le point sur la Phi Slama Jama. Et en prendre plein les mirettes au passage…

De 1982 à 1984, les Cougars – équipe de basket de l’université de Houston – héritèrent d’un drôle de surnom : « Phi Slama Jama ». Un surnom donné par les médias et tout de suite adopté par les joueurs et leurs fans. Un surnom faisant allusion au jeu explosif – fait de dunks puissants et de contre-attaques laser – pratiqué avec succès par l’équipe du coach Guy Vernon Lewis.

Il faut dire que cet entraîneur mythique – intronisé au Hall of Fame en 2013 – a eu de sacrés joueurs dans les mains pour mettre en place sa philosophie tout aussi spectaculaire que (presque) gagnante. Hakeem « The Dream » Olajuwon, Clyde « The Glyde » Drexler, Larry « Mr. Mean » Micheaux, Bernie « Bomber from Bernice » Anders ou encore Michael « Silent Assassin » Young et Greg « Cadillac » Anderson, tous furent dédiés à ce style si particulier et novateur dans une NCAA jusqu’alors si stéréotypée et conservatrice. Que ce soit sur remise en jeu dans leur camp, sur un rebond défensif ou une interception, ces gars sprintaient vers le cercle adverse avec pour but numéro un de l’agresser. Et leurs qualités athlétiques flippantes leur permettaient souvent d’y parvenir…

Malheureusement pour eux, ces gars ne seront jamais champions universitaires. En 1982, il cèderont en demi-finales contre les Tar Heels d’un certain Michael Jordan. En 1983, ils finirent premiers de la saison (31 victoires, 2 défaites) mais ne purent rien contre la très sérieuse équipe des Nort Carolina State Wolfpack en finale. Et en 1984, malgré le départ un an plus tôt de Drexler pour la NBA, la « Phi Slama Jama » atteindra une nouvelle fois la finale pour perdre contre Georgetown et Pat Ewing. Après avoir incendié les parquets de NCAA, ces joueurs connaîtront des fortunes diverses dans le monde professionnel. L’ami Hakeem écrasera tout sur son passage et gagnera entre autres deux bagues dont une avec son pote Drexler.

Larry Micheaux fit une carrière moyenne en NBA et fila rapidement en Italie puis en Espagne pendant que Michael Young ne fit qu’une très courte intervention en NBA – à peine 50 matchs entre les Suns, les Sixers et les Clippers – et passe le plus gros de sa carrière en Europe où il fit notamment de le bonheur de ce magnifique CSP Limoges vainqueur de l’ancêtre de l’Euroleague en 1993. Toujours est-il que cette équipe des Cougars a défrayé la chronique pendant deux années. Et aujourd’hui, notre invétéré collectionneur d’images vintage qu’est Clutch-23 nous propose un mix de 15 minutes, histoire de prendre encore plus conscience de ce qu’était la Phi Slama Jama.

Des images rares et comme d’habitude d’une définition superbe pour l’époque, des actions qui s’enchaînent comme « The Glyde » glissait dans les airs, des dunks à tout va, du jeu ultra rapide, une fluidité dans la circulation digne des moves au poste de « The Dream ». Que c’est bon de se replonger dans le vintage de temps en temps ! 

Source image : Clutch-23

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top