Divers

Bruce Bowen de passage à Evreux : avant de gagner des bagues, il mangeait des baguettes en Pro B

La France tient une place à part dans le cœur de Bruce Bowen. Retraité depuis neuf ans – désolé pour le coup de vieux – l’ancien sniper des Spurs a profité de son été pour revenir à Evreux en compagnie de ses deux rejetons. TrashTalk était évidemment sur place pour lui poser quelques questions lors d’une journée immortalisée par les caméras de beIN Sports.

Avant d’être un défenseur redouté par les plus grandes stars de la Ligue (cinq sélections dans la All-NBA First Defensive Team), double-B a bien galéré. Non-drafté à la sortie de la fac en 1993, il décide de traverser l’Atlantique pour tenter sa chance dans l’Hexagone. Un premier passage par le Havre et la route du natif de Merced en Californie s’arrête ensuite à Evreux, dans le 27. Déjà en Pro B à l’époque, le club de cette commune de 50 000 habitants sait qu’il a mis la main sur une pépite. Déchaîné, le jeune cainri s’éclate sur le parquet autant qu’il éclate la concurrence. Alors quand Michel Veyronnet lui demande de venir se reposer sur le banc quelques minutes, Bowen refuse de l’écouter. Malgré des relations souvent conflictuelles avec son coach, ce dernier avouera qu’il était sûrement l’un des joueurs les plus talentueux qu’il a eu la chance de côtoyer dans sa carrière d’entraîneur. Alors quand les deux hommes se croisent, plus de 20 ans plus tard, les sourires ne peuvent plus disparaître et les punchlines affectueuses pleuvent. Avec 29,3 points de moyenne cette année-là, il termine meilleur marqueur et meilleur dunkeur de la deuxième division française. Il atteint même les 53 unités lors d’un match contre Maurienne, permettant à l’ALM de verrouiller son accession en Pro A avec un bilan de 20 victoires et 6 défaites au terme de la saison régulière. C’est le début de l’ascension pour Bruce même s’il faudra encore attendre deux ans avant d’être appelé en NBA, et quelques saisons de plus pour y obtenir un rôle de titulaire indétrônable à Miami d’abord et à San Antonio ensuite. Les Spurs où il retrouvera un certain Tony Parker, régulièrement dans les tribunes pour venir scruter ses moves alors qu’il n’était encore qu’un ado.

Triple champion NBA et joueur iconique des Spurs depuis que son maillot a été retiré par la franchise texane, Bruce Bowen est une belle source d’inspiration pour les joueurs. Moins précoce que ceux de sa génération, l’Américain n’a pas hésité à tenter l’aventure à l’étranger. Une prise de risque qui lui a permis de prendre confiance pour pouvoir s’attaquer à la NBA. Si c’était à refaire, BB ne changerait rien à son parcours. Il recommande d’ailleurs aux US de ne pas hésiter à sortir des frontières pour aller prendre de l’expérience… et goûter les fromages français. On espère qu’il n’a pas oublié de se faire une raclette avant de rentrer au pays.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top