Mix

Michael Jordan Last Dance : quelques pas avec Reggie Miller et les Pacers, ça ne se refuse pas

Alors que les finales de Conférence vont débuter, revenons vingt ans en arrière. À ce même stade de la compétition, les Bulls et les Pacers s’affrontaient pour être le représentant de l’Est lors des Finales NBA. Un duel qui est allé au bout du suspense puisque les deux franchises ont eu besoin d’un Game 7 pour se départager. Le genre de rencontre qui a tendance à pencher en faveur d’un certain Michael Jordan…

Mais que ce fut laborieux ! À l’image de la saison ds Bulls, cette série a rappelé que l’équipe de la décennie comme la définit Reggie Miller commençait à s’essouffler. On l’a entendu durant de longs mois : ces Taureaux sont vieux, ils commencent à fatiguer, la fin du cycle arrive. Et lorsque les Pacers remportent le Game 6, on aperçoit pour la première fois Michael Jordan et les siens au bord du précipice. Si bien que le 31 mai 1998 une interrogation trotte dans toutes les têtes : et s’il s’agissait du dernier match de cette dynastie ? Il faut dire que les hommes de Larry Bird ont bousculé ceux de Phil Jackson, en s’imposant à chaque fois dans l’Indiana dans des rencontres serrées. Heureusement pour les Bulls, ils ont su faire le plein eux aussi à domicile, de quoi garder confiance avant la dernière manche dans l’Illinois. Une manche âpre et défensive, qui sent bon la Conférence Est des nineties. Un contexte connu pour Mike qui malgré un problème d’adresse (9 sur 25) va porter son équipe en s’approchant du triple-double puisqu’il ajoute 9 rebonds et 8 passes aux 28 pions qui font de lui le meilleur scoreur du match, pour la septième fois de la série d’ailleurs. La preuve que malgré les cinq titres, il n’est pas rassasié et que si les années passent, le talent lui ne décline pas. Car sur l’ensemble des confrontations face aux Pacers, c’est un récital d’envie, de défense, de technique et d’intensité que Mike nous offre, avec même des moments où resurgissent des qualités athlétiques qu’on pensait rangées au placard. Car oui, cet homme qui est toujours au sommet de la Ligue et qui le rappelle a déjà soufflé ses trente-cinq bougies quelques mois plutôt. Pas de quoi le ralentir.

Pour célébrer les vingt ans de cette série haletante « The Last Dance », Clutch-23 nous propose de revoir dans son mix le ballet orchestré par Michael Jordan face aux Pacers. Des mouvements de grâce de la part d’un jeune homme au sommet technique et pas dégueu non plus physiquement. Quant au mental, pas besoin de vous faire un dessin. Une vidéo suffira largement.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top