Draft NBA

Profil Draft 2018 : Lonnie Walker, du physique, des longs bras et de l’agressivité ça suffit en NBA ?

Lonnie Walker

On n’arrive pas à savoir si sa coiffure est une qualité ou un défaut.

Source image : ESPN via YouTube

Un freshman de dix-neuf ans au potentiel physique excitant plus focalisé sur l’attaque que la défense pour le moment, quelle place pour Lonnie Walker en NBA ? Zoom sur un possible meneur en 3 and D complet si le gamin est sérieux et bosseur.

Profil

# Âge : 19 ans.

# Position : Arrière. Peut aussi jouer à la mène.

# Équipe : Miami Hurricanes. Attention, tempête de triples.

# Taille : 196 centimètres. Pas mal pour son poste.

# Poids : 93 kilos. Déjà un beau bébé.

# Envergure : 208 centimètres. Ça va même prendre du rebonds au milieu des grands.

# Statistiques 2017-18 : 11,5 points, 2,6 rebonds, 1,9 passes, 0,9 interceptions et 0,5 contres en 28 minutes.

# Comparaison : Victor Oladipo. Fort en attaque, le gamin a le potentiel de faire les efforts de son côté du terrain. Comme Pipo, il faudra peut être attendre un peu pour l’épanouissement total.

# Prévision TrashTalk : milieu de premier tour.

Qualités principales

  • Physique
  • Agressivité offensive
  • Fort au contact
  • Maniement de balle

Si ses statistiques ne sont pas mirobolantes à l’université, Lonnie Walker parait plus adapté à la NBA. Arrivé à Miami avec une blessure à un ménisque, l’arrière des Hurricanes possède des qualités athlétiques lui permettant d’être déjà fort en attaque et d’avoir le potentiel pour step-up grandement en défense à l’avenir. Agressif en attaque avec notamment un premier dribble de feu, Walker peut driver vers le panier sans peur du contact au bout. Capable d’attaquer sur demi-terrain comme en transition, le joueur de 19 ans possède un shoot décent même s’il devra améliorer le pourcentage notamment derrière l’arc. Son maniement de balle lui permet de faire des différences et de lui ouvrir l’accès au cercle. Un phénomène athlétique qui pourrait très bien devenir un 3 and D solide s’il s’installe bien dans la Grande Ligue. A noter : un mental de winner, pour un natif de Pennsylvanie rien d’étonnant.

Défauts majeurs

  • Jeu sans ballon
  • Intensité défensive
  • Régularité
  • Coupe de cheveux

Passons déjà sur le défaut le plus loufoque, le swiffer qui lui sert de coiffure. S’il te plait Lennie, on retire cette coupe de cheveux façon Elfrid Payton. Blague à part, si Lonnie Walker possède des qualités athlétiques hors norme pour être complet des deux côtés du terrain, il a tendance à trop se concentrer sur l’attaque et négliger parfois l’aspect défensif. Si son agressivité en attaque et l’un de ses points forts, Walker a du mal à être impactant offensivement quand il n’a pas le ballon. S’il pourra peut-être à l’avenir évoluer au poste 2 comme au poste 1, le produit de Miami n’est pas près de devenir la première option offensive de son équipe et il devra améliorer son jeu sans le cuir pour faire ses preuves. Son jeune âge le fait manquer quelques fois de constance mais il devrait développer ça avec l’âge.

Conclusion

Annoncé en milieu de premier tour à cause de sa blessure en début de saison, ses capacités physiques et offensives pourraient lui permettre de gratter quelques spots. Attendu pour le moment sur quelques mock Draft du côté de Milwaukee en 17ème position, Lonnie Walker devrait y trouver son compte niveau des bras longs et du physique avec Giannis, Middleton ou encore Thon Maker. Si les pronostics actuels sont respectés, c’est Budenholzer qui va se régaler avec le produit des Hurricanes.

Source texte : Sports illustrated, nbadraft.net

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top