Draft NBA

Profil Draft 2018 : Troy Brown, le prototype du two-way player

Troy Brown
Source image : Youtube

Un vrai petit couteau suisse, voilà comment on pourrait qualifier notre ami Troy Brown. Sérieux des deux côtés du terrain, il a déjà une palette offensive assez large mais qui demande encore pas mal de travail. À 18 ans, il y a le time…

Profil

# Âge : 18 ans. L’un des bébés de cette cuvée.

# Position : arrière. Et même ailier en bonus.

# Équipe : Oregon. Fabrique de purs athlètes.

# Taille : 201 cm. Parfait pour un 2/3.

# Poids : 95 kilos. Pas de quoi paniquer.

# Envergure : autour de 214 cm. Pas tout mal.

# Statistiques 2017 : 11,3 points, 6,2 rebonds, 3,2 assists, 1,6 interception, le tout à 44% au shoot en 31 minutes de moyenne par match.

# Comparaison : lui se compare à Andre Iguodala.

# Prévision TrashTalk : entre 20 et 25.

QUALITÉS PRINCIPALES

  • Joueur polyvalent
  • Sérieux en attaque comme en défense
  • Un bon petit athlète
  • Playmaker de qualité

Voilà un canard de l’Oregon qui en a dans les pattes. Troy Brown est un gaillard déjà bien athlétique pour son jeune âge et qui peut vite devenir relou à attaquer dans les années à venir. À même pas 19 ans, on peut avoir tendance à se relâcher dès que l’on arrive dans sa moitié de terrain. N’est ce pas Lonzo ? Mais hors de question pour le pensionnaire des Ducks de se laisser faire. Ce dernier est un très bon intercepteur, toujours sur les lignes de passes, ce qui lui permet d’aller poser du tomar en contre-attaque. Il est également capable de switcher sur des meneurs et ailiers sans problème. Concernant son jeu offensif, c’est respectable, sans être extraordinaire. Un bon shoot à mi-distance, au poste, plutôt agressif vers le panier et capable de prendre la mène. Il est doté d’un joli QI basket ainsi que d’une capacité à lire le jeu et trouver le mec ouvert au bon moment. C’est un mec loin d’être égoïste qui semble avoir la tête bien faite avec ce soupçon d’intensité qui nous fait bien kiffer. Mister Brown est plutôt humble malgré le destin de star qu’on lui prédisait étant plus jeune.

DÉFAUTS MAJEURS

  • Loin d’être une véritable menace extérieure
  • Tendance à exploser au contact
  • Un peu de fonte à soulever
  • Capable de vriller s’il démarre mal la rencontre

On va commencer par ses drives où il a tendance à exploser quand il faut se frotter à un big man. Mais bon, un peu d’haltères et de taf sur sa verticalité, ça devrait aller. Son handle est plutôt correct mais doit se perfectionner s’il veut devenir une première option à la création. Un peu de travail sur son mental ne devrait pas lui faire de mal également, sachant que Troy Brown peut vite dégoupiller si la réussite ne va pas dans son sens lors des premières minutes du match. Il sera important pour lui de tomber sur un coach qui sera capable de canaliser son jeu parfois trop fougueux et hors de contrôle. Mais le gros point d’interrogation reste son shoot extérieur… Sa mécanique n’a rien d’alarmant mais elle est encore trop inconstante et nécessiterait une petite révision comme le montre son pourcentage du parking lors de sa seule et unique saison en NCAA : 29% derrière l’arc.

Conclusion

C’est le profil typique du mec qui intrigue lorsqu’il arrive en NBA. Bonnes qualités athlétiques, capable de faire plein de choses mais pas de manière excellente. L’archétype du gars qui suscite des interrogations mais qui, avec du sérieux et du travail, peut s’avérer redoutable dans quelques années.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top