Draft NBA

Luka Doncic prévient : les franchises qui ne croiront pas en lui à la Draft feront une erreur

Rendez-vous dans un an pour distribuer les bonnets d’âne !

Source image : Youtube/ESPN

Interrogé entre deux matchs de la finale de la Liga Endesa, Luka Doncic a affirmé une bonne fois pour toutes son impatience de rejoindre les parquets NBA, avec n’importe quelle franchise. Même les Kings ?

Pas besoin de vous refaire l’inventaire du pourquoi du comment Luka Doncic se retrouve attendu, ce jeudi, parmi les tous premiers picks de la Draft 2018. Énorme au Real Madrid depuis deux saisons, il a battu à peu près tous les records de précocité de la Liga espagnole en ayant, au passage, remporté le premier titre européen de son pays, la Slovénie, avec la star nationale Goran Dragic. C’est simple, tout ce que Luka effleure se transforme en or depuis que le touche-à-tout s’est décidé (tardivement) à opter pour le basket. Seulement, l’innocence des débuts s’estompe depuis que le prodige s’est inscrit à la Draft afin de poursuivre son éclosion de l’autre côté de l’Atlantique, dans le jardin d’Éden du basket-ball. Depuis plusieurs mois, il déchaîne les passions et les discussions autour de son cas. Tantôt placé en première position, il serait ainsi sélectionné par des Suns venant de nommer head coach son ancien entraîneur national Igor Kokoskov. Tantôt n°2 car le régional de l’étape, DeAndre Ayton, correspondrait mieux aux besoins des gars de l’Arizona. Et s’il n’était pas choisi en 2, pourquoi pas même en n°5 ? Bah ouais, Sac’to, Atlanta ou Memphis, ça a plutôt besoin d’un big man à la Jackson Jr. ou Bamba. Que les gens parlent, Luka Doncic, lui, répondra sur le terrain, et à Yahoo! Sports avant.

« Être sélectionné dans le Top 5, ce serait fantastique, surtout pour un Européen. Je dois faire le maximum sur le terrain parce que j’ai besoin de prouver ce que je vaux. […] Je pourrais savoir qui fait une erreur en ne me draftant pas. Après ma saison de rookie, je vais voir qui a fait une erreur. Je suis motivé d’arriver à la Draft et de jouer en NBA contre des stars. Cela va être mon plus gros défi : rester là-bas un long moment. »

Si le garçon a bien pris soin de ne pas dévoiler sa préférence, s’il en a une, il envoie un message on ne peut plus clair aux franchises concernées : vous me prenez, vous kiffez. Vous me baillez, vous pleurez. Et franchement, on le croit. Ne pas accepter le Lukado qui leur tombe du ciel paraît du suicide pour des franchises à la recherche d’un nouveau souffle. Difficile de faire plus polyvalent qu’un type capable de jongler entre les postes 1, 2, 3, voire 4, même si cela paraît un peu plus compliqué pour son gabarit en NBA (103 kilos répartis sur 203 centimètres). Si le choix des Suns pour Ayton serait compréhensible, un choix des Kings pour Marvin Bagley, qui est annoncé avec insistance depuis quelques jours, pourrait être un beau gâchis pour l’équipe de Vlade Divac. Car sans aller jusqu’à dire que MB3 sera un bust, Luka Doncic pourrait être un véritable franchise-changer pour Sacto. Mais bon, serait-ce surprenant venant du FC Mauvais choix ? En tout cas, après des vraies-fausses alertes du prodige slovène concernant son inscription à la Draft une fois le verdict de la Lottery connu, il a fait sa part du taf en déclarant son amour de la Ligue et son envie de jouer, peu importe la casquette qu’on lui vissera sur la tête. Alors, combien feront une erreur jeudi ? Une, deux, trois, quatre franchises ? Les Mavericks sont en embuscade les gars, faites le bon choix.

Comme une folle envie d’y être déjà, à cette foutue Draft qui nous fait tant baver. Et nous réservera, à coup sûr, de drôles de surprises. On se retrouve dans un an, Luka, pour décerner les bonnets d’âne.

Sources texte : Yahoo Sports, ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top