News NBA

Trade deadline : le Top 5 des meneurs qui pourraient déménager avant le buzzer du 7 février

On se rapproche lentement mais sûrement du 7 février, et ça risque de bouger chez les meneurs.

Source image : NBA League Pass

C’est le 7 février que se tiendra la trade deadline, une date bien ancrée dans l’esprit de tout fan NBA. A quelques semaines de l’événement, on a tenu à faire le point sur les joueurs susceptibles de bouger en réalisant un Top 5 par poste. On commence dès aujourd’hui avec les meneurs. Vous êtes chauds ? C’est parti ! 

Qu’il soit scoreur, organisateur de jeu ou distributeur de caviars, le meneur de jeu est un élément essentiel dans une équipe NBA, encore plus à une époque qui penche vers le jeu extérieur. Si on a retenu ces cinq point guards, c’est qu’ils sont dans une situation propice à un départ : fin de contrat, instance de divorce avec la franchise, ou valeur intéressante pour permettre à cette dernière de récupérer de belles contreparties. Quel que soit le motif, ils sont plusieurs à avoir préparé les valises « au cas où » et on va traiter chacun de ces dossiers ci-dessous. Seront-ils transférés avant la trade deadline ? Impossible de l’affirmer mais au vu des rumeurs, il y a moyen de mettre un billet dessus.

# Dennis Smith Jr. (Mavericks)

Situation contractuelle : dans la deuxième année de son contrat rookie, avec un salaire de 3,8 millions de dollars.

C’est le dossier chaud du moment puisque Adrian Wojnarowski a annoncé lui-même que le joueur pourrait être transféré très prochainement vers Orlando ou Phoenix, qui sont en manque d’un véritable meneur titulaire. Le trade semble logique pour Dennis Smith Jr., qui avait réalisé une saison rookie très aboutie mais qui subit l’arrivée de Luka Doncic. Seulement en deuxième année, il a tout de la belle affaire avec une marge de progression importante et un contrat encore très abordable. Un meneur très talentueux mais qui a besoin de la balle dans les mains et de shooteurs autour de lui pour compenser son propre manque à longue distance (même s’il a progressé cette saison). A voir maintenant si Dallas cherchera un vétéran pour essayer d’atteindre les Playoffs ou un tour de draft pour continuer la reconstruction en douceur.

# Jeremy Lin (Hawks)

Situation contractuelle : dans la dernière année d’un contrat de trois ans, avec un salaire de 12,5 millions de dollars, agent libre non restrictif en 2019.

Un autre dossier qui est ressorti récemment et que nous avions relayé. En fin de contrat en juillet prochain, le meneur fait une bonne saison en sortie de banc pour les Hawks : 10,8 points et 3,6 passes de moyenne en seulement 19 minutes cette année. Afin de ne pas se retrouver bredouille au moment de la free agency et profiter de sa cote, Atlanta pourrait proposer son sixième homme à des équipes ambitieuses mais en manque de création en sortie de banc. Cela tombe bien, Portland, New Orleans et Philadelphia seraient intéressés par les services de Linsanity pour compléter leur squad. Vu le projet de construction des Hawks, on peut s’attendre à ce qu’ils recherchent du tour de draft pour lâcher leur meneur.

# Terry Rozier (Celtics)

Situation contractuelle : dans la dernière année de son contrat rookie, avec un salaire de 3,0 millions de dollars, agent libre restrictif en 2019.

Le dossier Terry Rozier est un peu mis de côté depuis quelques temps mais il n’en reste pas moins ouvert du côté de Boston. Agent libre restrictif cet été, le meneur remplaçant des Celtics a une belle cote sur le marché après ses Playoffs 2018 et il est convaincu d’avoir le talent pour être titulaire en NBA. Un paradoxe pour Danny Ainge, qui compte déjà sur Kyrie Irving pour les prochaines années. Les Celtics pourront s’aligner sur toutes les offres cet été mais le feront-ils si une franchise propose quinze millions pour un joueur du banc ? On en doute. La solution ne serait-elle pas de proposer le joueur préalablement à la fin de son contrat pour espérer un tour de draft ou un vétéran en échange ? On connaît Danny Ainge et c’est justement lorsqu’on ne l’attend pas qu’il se met en marche. Terry Rozier pourrait vite s’en apercevoir.

# Darren Collison / Cory Joseph (Pacers)

Situation contractuelle de Darren Collison : dans la dernière année d’un contrat de deux ans, avec un salaire de 10 millions de dollars, agent libre non restrictif en 2019.

Situation contractuelle de Cory Joseph : dans la dernière année d’un contrat de quatre ans, avec un salaire de 7,9 millions de dollars, agent libre non restrictif en 2019.

Impossible de séparer les deux meneurs des Pacers qui sont exactement dans la même situation. Avec deux point guards en fin de contrat et un meneur rookie nommé Aaron Holiday qui a déjà montré de belles choses derrière (décidément la famille Holiday…), la direction commence à penser qu’il pourrait y avoir un joueur de trop dans ce trio. Collison et Joseph sont des meneurs avec un bon bagage NBA (plus de 1 000 matchs en saison régulière à eux deux) et pourraient intéresser plusieurs équipes en quête d’un back-up solide à la mène. Les Pacers étant plutôt bien pourvus à tous les postes, ils chercheront sans doute un choix de draft au moment de négocier.

# Markelle Fultz (76ers)

Situation contractuelle : dans la deuxième année de son contrat rookie, avec un salaire de 8,3 millions de dollars.

Au moment de choisir notre cinquième meneur, on s’est demandés s’il n’y avait pas un joueur au fond du trou qui verrait un trade comme une libération après des mois de calvaire et on s’est rappelés du numéro 1 de la Draft 2017. Encore blessé à l’épaule, le joueur se remet du côté de Los Angeles en attendant des jours meilleurs mais son avenir semble s’inscrire loin de Philadelphia. La franchise a nié toute envie de le transférer mais en off, il se murmure qu’un bon premier tour de Draft pourrait convaincre les Sixers de lâcher l’ancien Huskie. S’il se remet de ses blessures et qu’il retrouve la confiance, il y a un steal à faire dans ce deal. Dans le cas contraire, il faudra bien s’accrocher pour garder sa trace.

Voilà pour notre Top 5 des meneurs en instance de départ. On n’oublie pas non plus Frank Ntilikina, qui attend toujours sa chance en NBA, ou Milos Teodosic, qui ronge son frein aux Clippers. Cependant, on a préféré insister sur les actualités les plus chaudes, et il faut dire qu’il y a quand même quelques gros morceaux à aller chercher.  

1 Comment

1 Comment

  1. Alceste Poquelin

    15 janvier 2019 à 18 h 41 min at 18 h 41 min

    Dommage qu’Ariza ai bougé de Phoenix. Y avait un truc à faire avec Rozier je pense.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top