Old-School

Souvenirs de deadline : retour sur ce transfert anodin qui a permis à Cleveland de récupérer… Kyrie Irving à la Draft

Sans ce transfert de février 2011, Kyrie Irving n’aurait sans doute jamais porté le maillot des Cavaliers…

Source image : YouTube

A l’approche de la trade deadline, beaucoup de souvenirs remontent pour les fans NBA. On a tous en tête un échange marquant qui a changé le visage d’une franchise et qui a bouleversé la ligue. Cependant, il y a parfois des transferts qui ne semblent pas très importants à l’instant T mais qui ont finalement de très grosses conséquences quelques années plus tard. C’est le cas par exemple d’un trade entre les Clippers et les Cavaliers en 2011…

C’était le 24 février exactement, à quelques heures de la trade deadline. Ce jour-là, la franchise californienne et celle de l’Ohio tombent d’accord sur un échange impliquant trois joueurs et un tour de draft. Les Clippers décident d’envoyer Baron Davis et leur choix de premier tour 2011 aux Cavaliers, qui lâchent Mo Williams et Jamario Moon. Même si B-Diddy et Mo ont participé au All-Star Game pendant leur carrière, on est loin du transfert de l’année. En 2011, Davis a déjà la trentaine et n’est plus ce meneur hyper explosif capable de postériser Andrei Kirilenko comme c’était le cas trois ans plus tôt quand il portait encore le maillot des Warriors version « We Believe ». Quant à Williams, 28 ans à l’époque, il est passé de lieutenant de LeBron James à meneur moyen d’une équipe à chier à cause notamment de quelques pépins physiques. Enfin, Jamario Moon, bah c’est Jamario Moon, il n’y a pas grand chose à dire sur lui. Bref, les joueurs impliqués ne font pas rêver et c’est avant tout un échange pour l’avenir, que ce soit du côté de Los Angeles ou de Cleveland. Pour les Clippers, l’objectif principal était de se débarrasser de Davis et de son contrat relou, lui qui avait signé pour cinq ans et 65 millions de dollars en 2008. De plus, l’ancien meneur des Hornets et de Golden State ne s’entendait pas vraiment avec le coaching staff et le propriétaire des Clippers Donald Sterling. Le fait de lâcher un premier tour de draft non protégé dans la transaction montre à quel point Los Angeles voulait se séparer de B-Diddy. Et puis en récupérant le contrat expirant de Moon et un Williams avec une player option lors des deux saisons suivantes, les Clippers gagnent pas mal de flexibilité financière. Pour les Cavs, ce transfert est surtout un moyen de récupérer un lottery pick afin de pouvoir se reconstruire après le départ de LeBron James vers Miami.

« Pour nous, à ce moment-là du mois de février, il était plus intéressant de récupérer un All-Star de 28 ans pour les prochaines années, avec de la flexibilité financière pour prolonger DeAndre Jordan et s’occuper du cas Eric Gordon, plutôt que de spéculer sur un autre gamin de 19 ans avec un an d’expérience à l’université. Et puis de toute façon, je ne suis pas très emballé par la draft de cette année. »

Cette déclaration, elle est signée du manager général des Clippers Neil Olshey (aujourd’hui à Portland) juste après le transfert. A ce moment-là, il pense avoir fait une bonne affaire, ce qui est le cas sur le plan purement financier. Mais trois mois plus tard, au moment de la loterie de la Draft 2011, il va un peu déchanter en voyant les résultats apportés par les balles de ping pong. En effet, le choix de premier tour envoyé aux Cavaliers dans l’échange va se transformer en premier choix tout court puisque Cleveland remporte la loterie malgré seulement 2,8 % de chances ! Avec 32 victoires pour 50 défaites à la fin de la saison 2010-2011, les Clippers ont terminé avec un mauvais bilan mais bien loin de celui des Minnesota Timberwolves, largement derniers cette année-là avec seulement 17 victoires au compteur. Il y a quand même sept franchises qui possédaient un moins bon bilan que les Clippers au moment de la loterie. Personne ne s’attendait donc à ce que les Cavs terminent avec le first pick grâce au choix qui appartenait à Los Angeles, et surtout pas Neil Olshey. Mais la chance a souri à Cleveland. La franchise de l’Ohio débarque donc à la Draft 2011 avec le premier choix mais aussi le quatrième, obtenu suite à la saison catastrophique des Cavaliers (19-63 en 2010-2011). Pour rebondir après la signature de LeBron James à South Beach un an plus tôt, on peut difficilement faire mieux, surtout quand on voit le joueur qu’ils vont sélectionner en numéro un.

« With the first pick in the 2011 NBA Draft, the Cleveland Cavaliers select Kyrie Irving. » KYRIE IRVING ! Oui, Uncle Drew est arrivé à Cleveland grâce à un transfert réalisé quelques mois plus tôt avec les Clippers. Comme quoi, les choix de draft peuvent vraiment avoir une énorme importance dans les échanges. On ne va pas vous refaire toute la carrière de Kyrie sous le maillot des Cavs mais on parle quand même d’un joueur qui a marqué la franchise de l’Ohio et qui a aidé cette dernière à atteindre le Graal pour la première fois de son histoire. Rookie de l’année en 2012 et cinq fois All-Star sous le maillot de Cleveland (dont une fois MVP du All-Star Game en 2014), Irving est l’une des principales raisons qui ont poussé LeBron James à revenir à la maison en 2014. Ensemble, avec l’aide également de Kevin Love et Tyronn Lue, ils ont emmené les Cavaliers trois fois en Finales NBA, avec ce fameux titre de 2016 décroché face aux Warriors, vainqueurs de 73 matchs en saison régulière cette année-là. On se souvient évidemment de ce shoot assassin d’Uncle Drew sur la tête de Stephen Curry lors du Game 7. Un shoot devenu légendaire, qui a permis à Cleveland de réaliser l’impossible. Pendant ce temps-là, à Los Angeles, les « Lob City » Clippers ont enchaîné les qualifications en Playoffs suite au transfert de Chris Paul en décembre 2011, mais ils n’ont jamais vraiment réussi à se battre pour le titre malgré la présence de CP3, Blake Griffin et DeAndre Jordan. Six saisons à plus de 60 % de victoire entre 2011 et 2017, six participations à la postseason, aucune Finale de Conférence disputée.

Si vous aviez besoin d’une preuve concernant l’importance que peut avoir un pick de draft dans un échange, la voici. Ce transfert de février 2011, qui n’avait rien d’un blockbuster trade à l’époque, a changé le destin des Cavaliers. Et si les Clippers n’avaient pas réalisé cette transaction, ils auraient théoriquement pu obtenir le premier choix de la Draft 2011 et ainsi construire autour d’un duo Kyrie Irving – Blake Griffin. On vous laisse imaginer la suite…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top