Thunder

OKC donne une leçon de règlement aux Wolves : 139-127, la prochaine fois Jordan Bell mettra son maillot dans son short

Ryan Saunders 7 décembre 2019

On vous laisse deviner qui a fait remarquer l’anomalie aux arbitres.

Source image : NBA League Pass

Historiquement, il se passe toujours quelque chose entre ces deux-là. Plus précisément, leurs affrontements sont souvent serrés et très offensifs. Ça n’a pas manqué cette nuit encore avec une victoire arrachée par le Thunder après prolongation et un finish que l’on pourra résumer avec un bon vieil hashtag WTF des familles dans le quatrième quart-temps.

Habituellement, c’est Andrew Wiggins qui aime se faire remarquer contre Oklahoma City, notamment en début de saison même si les fans du Thunder continuent de dire qu’il y avait faute sur l’écran de KAT sur Paul George lors de la remontée de balle du Canadien qui a précédé son buzzer beater à la Chesapeake Arena il y a deux ans. Mais les Wolves savaient qu’ils allaient devoir s’en remettre à quelqu’un d’autre suite à l’annonce du forfait du first pick de la Draft 2014 à cause d’une entorse au pouce venant le couper dans son élan après avoir délivré son meilleur début de saison en carrière jusqu’à présent. Avec un Charles-Antoine Villes qui ne touche pas terre et un Jean-François Tige qui compte bien faire monter sa cote avant la prochaine Free Agency, les Loups ne sont vraiment pas passé loin de grapiller une première victoire dans ce début de road-trip à l’Ouest mais Chris Paul, les arbitres et Steven Adams en ont finalement décidé autrement.

Pourtant, les hommes de Billy Donovan se sont souvent fait prendre à craquer dans les fins de match un peu tendues cette saison. Mais cette fois, ce sont eux qui ont rendu les parieurs qui ont osé miser sur eux un peu plus riches au terme d’une fin de dernier quart-temps impossible à prédire à l’avance. Quand on vous dit d’enfoncer votre maillot dans votre short avant de rentrer sur le parquet, ce n’est pas juste pour vous embêter. En fait, ne pas écouter les consignes de votre coach peut même influencer le cours d’un match comme s’est chargé de nous le montrer Jordan Bell dans les tous derniers instants de la partie. Car à +2 en faveur de Minny avec deux lancers à suivre pour Towns et 1,1 seconde à jouer dans le dernier quart-temps, les chances de victoire étaient infimes pour OKC. Cela remontait très légèrement avec le premier échec du félin sur la ligne mais pas de quoi se ronger les ongles jusqu’au sang non plus puisque le Thunder n’avait plus de temps-mort et devait encore attendre pour récupérer la possession et impérativement marquer sur une remise en jeu sous son propre panier pour au moins espérer égaliser et rajouter cinq minutes de bonheur à cette rencontre. Mais c’était sans compter sur le vice légendaire de CiPiFruit se pressant de faire remarquer la nonchalance de Jordan Bell qui avait oublié d’enfiler son jersey sous sa ceinture en rentrant en jeu. Un retardement du jeu sanctionné d’une faute technique après un premier rappel à l’ordre du même genre un peu plus tôt dans la partie.

Si l’ancien meneur de jeu des Rockets confirme sa réputation de plus grosse balance de la Ligue, OKC ne va pas se plaindre avec un lancer bonus offert à Danilo Gallinari qui s’empressait de le convertir pour ramener son équipe à -1. La suite sera encore plus folle : KAT réussi son dernier tir de réparation, Steven Adams s’empare de la balle et délivre un touchdown de 20 mètres pour Dennis Schröder qui marque le lay-up au buzzer. Avant que Ryan Saunders n’ait compris ce qui arrivait à ses petit protégé, on était parti pour l’overtime. Dans ces cas-là, autant faire son sac tout de suite car avec un tel changement de momentum le match était déjà plié. Les locaux confirmeront ce renversement de situation en creusant le plus gros écart du match grâce à un 32/34 depuis la charity line réparti sur l’ensemble de la seconde mi-temps et de la prolongation. Victoire par vice de procédure puis par KO pour le Thunder qui va même en profiter pour établir une stat à rendre nostalgique les fans des NBA à Seattle qui avaient encore une franchise à l’époque. C’est la première fois depuis les Hawks en 2004 qu’une équipe termine avec cinq joueurs à plus de 20 points sur un match. Qui a dit qu’il n’y avait pas de talent à OKC ?

Une fois de plus, Chris Paul nous a montré que tous les moyens étaient bons pour gagner un match de basketball et que cafter son adversaire pouvait rapporter gros mais on est curieux de voir si votre arbitre de DM3 osera siffler ce genre de technique lors de votre match du week-end. Dans le doute, on vous conseillera plutôt de gagner grâce à votre adresse. C’est quand même plus sûr.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top